L'un de nos principaux financeurs publics a annoncé de manière brutale la cessation de son soutien en raison de contraintes budgétaires. Cette décision inattendue place trois de nos centres de dialyse, situés dans le nord-est de la Syrie, au bord de la fermeture.

Ces centres, situés à Abu Hamam, Tabqa et Al-Kasrah, jouent un rôle crucial en fournissant près de 12 000 séances de dialyse par an à environ 200 patients souffrant d'insuffisance rénale. La suspension de ces centres, ne serait-ce que pour un mois, signifierait la mort quasi-certaine pour environ 50 d'entre eux.

La dialyse est un élément indispensable pour ceux qui luttent contre l'insuffisance rénale, une maladie déjà difficile à gérer dans des circonstances normales. Ces centres de dialyse ne sont pas simplement des installations médicales, mais des refuges de vie pour nos patients, offrant l'espoir et la possibilité d'une vie saine malgré les défis auxquels ils sont confrontés.

La situation est d'autant plus critique que, dans cette région, seuls cinq centres de dialyse sont fonctionnels, et nos trois centres menacés desservent une population d'environ 305 000 personnes.

La fermeture de ces centres ne signifie pas seulement la perte d'accès aux soins pour nos patients actuels, mais également pour de nombreux autres qui dépendent de ces installations vitales.

VOTRE DON EST NOTRE FORCE